TFGA #13 – C’était mieux avant

Ah, on n'en fait plus des jeux comme ça, d'époque !

Wow, mais qu’est-ce que c’est ? Deux articles à quelques jours d’écart, mais ça va pas ? Eh oh, on est sur internet là, faut arrêter de nous demander de lire, c’est pas fait pour ça ! On veut des Tops et des images ! Et de l’indignation ! Et des insultes gratuites ! Ouais, c’est ça l’esprit d’internet ! Et arrête d’écrire sans faire de fautes, c’est louche ! T’as un truc à te cacher, c’est ça ? Connard ! RENDS MOI MON INTERNET OUECH !

Ok, je vous ai compris

Ok, je vous ai compris

 Ola, voyageur ! Range donc cette hargne, car tel De Gaule, je vous ai compris ! Vous voulez du top, des images et de l’indignation ? Ne bougez plus, vous êtes au bon endroit ! Pour l’occasion, notre cher Alex Effect a concocté un petit TFGA pas piqué des hannetons (en même temps si les hannetons avaient des blogs ça se saurait. Et je pense pas qu’on leur piquerait leurs idées de toute façon). Car le thème du TFGA de ce mois est: C’était mieux à vent ! Voici donc mon top:

Les Moulins

Bah oui, c’est vrai quoi. Un moulin à vent, c’est cool. Alors bon, certes, les moulins à eau c’est joli aussi, mais ça fait un bruit de flotte qui donne un peu envie de pisser et ça c’est pas cool. Et puis, les moulins à vent, c’est toujours en hauteur, sur des collines surplombant les environs, et c’est sacrément badass.

Les Instruments

Un magnifique Cor de guerre Viking, fabriqué par mon ancêtre Chüketh Le Brave.

Un magnifique Cor de guerre Viking, fabriqué par mon ancêtre Chüketh Le Brave.

Même si j’adore le piano, la guitare ou la batterie, il faut reconnaître que les instruments à vent ont un sacré charme. En plus, ils sont très variés: on passe du cor de guerre au saxophone en passant par le kazoo ou l’accordéon. Devoir s’époumoner sur certains d’entre eux leur donne un côté très physique, et ça se ressent dans la musique; c’est d’ailleurs ce qui donne sa force au jazz. En parlant de jazz, l’autre soir j’étais dans un petit café embrumé, lorsque cette chanteuse monta sur scène… et quelle ne fut pas ma stupéfaction quand…

Quoi, comment ça « ta gueule Dehell » ?

Hein ?

Aaaaaaaah, d’accord, au temps pour moi ! Je me suis mépris quant au thème ! « C’était mieux AVANT », et pas « à vent » ! J’me disais aussi, il était bizarre ce thème. Bon, du coup j’me (re)lance: Voici mon Top des trucs que c’était mieux avant !

Les Milky Way

Milky-Way-UK-Wrapper-Small

Avant, en France, il y avait des Milky Way, et c’était trop bon. Maintenant, il y a plus de Milky Way, et c’est trop con.

Les baskets qui s’allument

Vous vous en souvenez tous, n’est-ce pas ? Ces baskets qui avaient des petites diodes dans les talons, et qui s’allumaient quand on marchait ? A l’école, quand t’avais ça, t’était un peu le patron de la cour de récré. D’ailleurs qu’est-ce que j’ai pu pécho, je me souviens de Nadège, on était allé se planqué derrière…

Quoi encore ?

Ça n’a rien rien à voir avec le jeu vidéo ? Bah non, c’est des chaussures !

Aaaaah, le thème doit parler de jeux vidéo ! Je me disais aussi, ce que je racontais n’avait rien à voir avec ce dont on parle d’habitude. Bon, du coup, cette-fois si c’est la bonne, je vais vous parler des trucs que c’était mieux avant mais dans le jeu vidéo parce que sinon ça n’a rien à faire sur ce blog !

Le pixel-art

Avant, fallait se sortir les doigts pour faire des jeux qui étaient visuellement attirants, en se contentant de colorer des petits carrés. Et ça ma bonne dame, c’était tout un art. S’pas pour rien qu’on appelait ça du « pixel-art ». Mais ça, aujourd’hui, c’est fini. Et c trist.

Ah, on n'en fait plus des jeux comme ça, d'époque !

Ah, on n’en fait plus des jeux comme ça, d’époque !

Les jeux Ubisoft

Si vous êtes nés après 2008, déjà, vous êtes très jeune. Comment vous êtes arrivés ici ? Vos parents ils savent que vous traînez sur des blogs bizarres ? Comment va votre maman ? Vous me la présentez ?
Non attendez, c’est pas ça que je voulais dire.
Si vous êtes nés après 2008, ça peut vous surprendre, mais il fut un temps où Ubisoft faisait des supers jeux, et créait des vraies licences avec des idées originales. Je parle ici évidemment des trilogies Prince of Persia et Splinter Cell, de Beyond Good & Evil, de XIII, de Rayman 3, et même d’Assassin’s Creed à l’époque où c’étaient encore des jeux couillus (c’est-à-dire le 1 malgré ses défauts, et le 2). Et puis, les succès retentissants d’Assassin’s Creed, des Lapins Crétins, l’arrivée des Just Dance, a marqué un tournant chez Ubi. Propulsé au rang de méga-développeur au même titre qu’EA ou Activision, la boite bretonne a du réduire ses prises de risques au minimum et assurer une rentabilité permettant de réinvestir dans des jeux au budget colossaux et des campagnes de com gargantuesques. Le tout dans une prise de risque minime afin d’assurer le retour sur investissement. L’annualisation de leur franchise la plus prometteuse, Assassin’s Creed, amenant plus de bugs et moins de surprises, l’arrivée de jeux très attendus et au final loin de faire l’unanimité (coucou Watch Dogs), a franchement terni l’image d’Ubisoft. La société paye le prix de ses jeux de plus en plus fainéants, recopiant une formule éculée (oh, des points d’intérêts qui révèlent un bout de map !), et lorsqu’un titre arrive à sortir du lot (Far Cry 3), on se retrouve avec une suite qui n’apporte pas grand chose de neuf. Les désillusions qu’ont été Watch Dogs et AC Unity (je vais éviter de parler de I Am Alive pour pas trop pleurer) ont fini de gravement abîmer la confiance des joueurs auprès d’Ubisoft. La bonne nouvelle, c’est qu’ils ne peuvent que se rattraper… Mais pas avec AC Syndicate, il semblerait.

PS: Je ne blâme pas les développeurs, les pauvres bougres font comme ils le peuvent. Je vous invite d’ailleurs à lire ce témoignage d’un dév d’Assassin’s Creed 3, qui est je pense symptomatique des problèmes d’Ubisoft ces dernières années.

Tu mmank bb :(

Tu mmank bb 😦

Les campagnes de communication

Découvrir un trailer, rêver devant celui-ci, le mater des dizaines et des dizaines de fois pour au final le connaître par coeur, sans que cela ne l’empêche de nous faire rêver à chaque fois. Ou même simplement baver devant les 4 images qui ornent les pages d’un magazine, en pensant à ce à quoi ces images peuvent ressembler en mouvement. Mais ça, c’était avant. Maintenant, on a des trailers target-render (c’est le terme utilisé pour dire « oui c’est du bullshit mais on le sait alors cassez pas le couilles sales nerds) à l’annonce, 3 trailers en CGI la première année, des vidéos de gameplay bullshit avant et pendant chaque salon, puis une nouvelle floppée de trailer CGI mélangés à du gameplay bullshit les quelques mois avant la sortie. Si on a de la chance, on a même droit à un spot pub du malaise avec des acteurs live. Et c’est particulièrement relou. Les Assassin’s Creed (surtout depuis le 3) et Hitman Absolution sont les premiers exemples qui me viennent en tête, des jeux qui auraient pu m’intéresser si ils avaient su entretenir une part de mystère et qui ont fini par me lasser avant même leur sortie. GTA V, au contraire, a eu une communication parfaitement maîtrisée, un peu à la manière de Star Wars Episode VII au cinéma: maximum 3-4 trailers, éparpillés sur une année, chacun étant un petit événement. Et ça hype. La preuve, j’ai acheté GTA V, alors que je ne suis absolument pas fan de la série. Et là je suis en transe devant les trailers de Star Wars Episode VII. Parce qu’ils en montrent suffisamment sans en montrer, le mystère et toujours là. J’espère sincèrement que l’industrie finira par comprendre que nous gaver de contenu avant la sortie d’un jeu ne fait que nous en dégoûter au lieu d’entretenir l’attente. Les petits gars de chez Square Enix et Io Interactive, eux, semblent l’avoir compris, et même si leur communication du prochain Hitman est loin d’être parfaite, elle n’est pas aussi assommante que celle d’Absolution. C’est déjà ça.

Pas de doute, la communication dans le jeu vidéo, c'est vraiment mieux avant. Comment ça, mauvais exemple ?

Pas de doute, la communication dans le jeu vidéo, c’était vraiment mieux avant. Comment ça, mauvais exemple ?

Les manettes blanches qui jaunissent

Quel est le point commun entre la SuperNes, la Playstation, la Nintendo 64, la Xbox 360 ? C’est des consoles de jeu vidéo, oui merci, mais bon c’était un peu évident. Non, je pensais à un autre point commun: les manettes blanches et/ou grises qui deviennent toutes dégueulasses. Fut un temps où des ingénieurs se sont demandés de quelle couleur on devait faire cet appareil qui restera pendant des heures et des heures entre nos mains, qu’elles soient propres, grasses, pleines de chips, moites ou courantes (attention, ceci est une grosse blague, oulala l’humour oui j’adore). Et là il y a un mec qui a dit « Bah ! On n’a qu’à les faire blanches/grises ! C’est classe, et en plus c’est pas salissant ! ». Et tout le monde était d’accord, surtout qu’il était seul dans les bureaux parce que c’était Vendredi et Vendredi c’est shabbat. Et c’est ainsi que nous nous retrouvâmes avec de jolies manettes blanches, qui au fur et à mesure se voyaient agrémentées de nuances de jaune du plus bel effet. Et ça c’était la classe, parce que quand t’avais une manette toute jaunâsse dégueu, ça prouvait que t’étais un vrai de vrai et que tu déconnais zéro. Surtout, quand t’avais des potes à la maison, personne voulait jouer avec ta manette cracra, du coup tu jouais tout le temps alors que les autres jouaient en alternance en se passant la manette propre. Ahah, losers.

Ça c'est une manette de champion !

Ça c’est une manette de champion !

Notre patience

Pour illustrer mon propos, je voulais faire des stats en comparant mon nombre de jeux Steam, le temps que j’y ai passé, et ceux que j’ai fini, et vous sortir des pourcentages et des graph façon Oscar Lemaire pour vous montrer à quel point j’suis un gros blaireau qui passe plus de temps à acheter des jeux qu’à y jouer. Mais en fait flemme. Ceci dit, vous avez compris l’idée: quand on était gosses, le fait d’avoir un nouveau jeu, c’était un évènement. Et avant d’en avoir un autre, il fallait se montrer patient. Alors on se donnait corps et âme à ce seul jeu, les yeux toujours remplis d’émerveillement et, avouons-le, d’innocence. On jouait et rejouait au même jeu sans cesse, et on était contents. Surtout que bon, en étant gamins, on était aussi un peu débiles et sacrément mauvais, et il n’était pas rare qu’on reste bloqués au deuxième ou troisième niveau. Et-ce que ça nous empêchait de refaire éternellement le premier niveau, toujours avec plaisir ? Eh bien non, parce qu’on était passionnés, et surtout incroyablement patients. Ou un peu cons. Toujours est-il que je sais bien qu’aujourd’hui, c’est fini. Toutes ces heures passées sur Tarzan, Harry Potter et la Chambre des Secrets, Half-Life, No One Lives Forever, Pokémon Pinball (que j’ai eu AVANT d’avoir un Pokémon « normal », RT si c trist), Robocop, Spyro, Les Cochons de Guerre, ça n’arrivera plus. Aujourd’hui, je n’arrive même plus à relancer un jeu après l’avoir fini, à quelques très rares exceptions près. Le pire, c’est qu’il est même devenu rare que je voie la fin d’un jeu. Il m’arrive souvent de perdre patience, ou de perdre passion, pour un jeu en cours. Je le lance, j’apprécie, le lendemain je le relance, j’apprécie, etc, jusqu’à ce que, sans véritable raison, je ne lance plus pendant un, deux, quatre jours, une semaine, et puis au final, plus jamais. Et sur PC, ces derniers temps, c’est encore pire. J’accumule les jeux, j’en lance beaucoup, en oublie certains, et en finit presque aucun. Ce n’est pas tant que les jeux sont moins intéressants, moins profonds, ou quelque autre raison pro-nostalgique, c’est surtout que j’ai évolué, je n’ai plus la même patience avec les jeux, plus les mêmes attentes. Je suis aussi beaucoup plus exigeant et critique, et il faut vraiment qu’un jeu m’accroche pour que je m’y plonge avec passion. Et ça arrive encore, heureusement. Rien que cette année, Her Story, The Witcher 3, Bloodborne, The Beginner’s Guide ou encore Jotun m’ont réellement séduit. Mais je sais que je ne relancerais probablement pas Her Story, que je ne finirai jamais ce New Game + de The Witcher 3, et que je me contenterai de mon premier run sur Bloodborne. Mais ce n’est pas grave: j’ai d’autres jeux à découvrir, et d’autres expériences à vivre et partager !

Je me revois encore, ce matin de Noël, déballant frénétiquement mes cadeaux. Lorsque j'aperçu la bouille de Pikachu et le logo Pokémon, mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Puis vint la grande déception en constatant qu'il s'agissait d'un simple jeu de flipper. Je suis resté fort, j'ai masqué mon désarroi, et j'ai joué à ce jeu comme jamais. Et en fait il était plutôt cool.

Je me revois encore, ce matin de Noël, déballant frénétiquement mes cadeaux. Lorsque j’aperçu la bouille de Pikachu et le logo Pokémon, mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Puis vint la grande déception en constatant qu’il s’agissait d’un simple jeu de flipper. Je suis resté fort, j’ai masqué mon désarroi, et j’ai joué à ce jeu comme jamais. Et en fait il était plutôt cool.

Comment ça, c’était long ? J’ai mis des images et tout ! T’es pas content ? Tu veux que je finisse mon discours sur les instruments à vent ? Hein, c’est ça qu’tu veux ? J’crois pas non. Alors voilà. Voilà voilà. Bon, ça commence à se voir que je sais pas trop comment finir cet article. Mmmmh, que diriez-vous d’une petite blagounette ?
Qu’est-ce qui est vert et qui pousse au fond du jardin ? Une grenouille qui fait caca.

C’était pas mieux avant. C’était juste différent. La principale différence, c’est que nous n’avons plus nos yeux d’enfants. Non, tout n’est plus aussi merveilleux, mais c’est notre perception. Aujourd’hui plus que jamais, c’est une période fabuleuse pour être joueur. Si vous êtes nostalgiques des jeux d’antan, les devs indépendants vous offrent une multitude de jeux qui raviveront vos souvenirs, que ce soit du platformer ou du vieux RPG de barbu. Et en même temps, on trouve des jeux audacieux qui osent jouer avec le média et offrir des expériences nouvelles (Her Story et The Beginner’s Guide, je pense à vous. Entre autres. Mais j’en parle plus en détail ici). Le tout accompagné par les géants de l’industrie et leurs jeux visuellement impressionnants, qui vous font voyager dans des mondes qui deviennent plus vrais que nature. Et le pire, c’est qu’à ce niveau là, on a encore du chemin à faire. Impossible aujourd’hui ne pas trouver des jeux faits pour nous. Tout le monde peut jouer, tout le monde peut prendre du plaisir, il y en a pour tous les goûts, toutes les difficultés, toutes les attentes. C’était peut-être fantastique quand on était des enfants, mais c’est encore mieux d’être un adulte et de pouvoir encore jouer et être émerveillé. 

Publicités

12 réponses à “TFGA #13 – C’était mieux avant

      • Bon plus sérieusement, j’aime bien ton top. J’ai moi même commencé le mien et j’avoue que je n’avais pas du tout pensé aux campagnes de pub ! Mais c’est tellement vrai pourtant. Tant les pubs télés que celles dans les magazines étaient bien plus amusantes et révélatrices du côté fun du jeu vidéo que ces encarts ultra classiques et ces pubs soit trop ciné, soit trop « family time » d’aujourd’hui…

        Bien joué mon cher Michel Boujenah !

        Aimé par 1 personne

  1. Quoi ? moi refaire pour la 5ème fois le jeu The Witcher ? Non sans dec, super article, je regrette l’époque où mon éditeur préféré était Ubisoft. La manette crade ne m’a jamais dérangé, il y a en qui dorment bien sur des serviettes … Tu m’as même mis sur quelques pistes pour mon propre top 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. « et quelle ne fut pas ma stupéfaction quand… » Quand quoi ? QUAND QUOIIIII ?
    Sinon c’est ton Carrefour du coin qui était mieux avant parce que moi j’en trouve encore des Milky Way dans le commerce.
    L’ubisoft d’avant, ça manque tellement.
    Ton point sur la patience est tellement vrai, je me retrouve tellement dans la partie où l’on refaisait tout le temps les mêmes premiers niveaux, parce qu’on bloquait après. Gargoyle’s Quest, c’est de toi que je parle.
    Mais entre les instruments à vent et les chaussures qui s’allument, ça fait plus de 5 points. Tu triches. C’est pas joli joli ça. C’est rigolo d’accord, mais c’est pas joli joli.

    Et : « j’étais dans un petit café embrumé, lorsque cette chanteuse monta sur scène… et quelle ne fut pas ma stupéfaction quand… »
    QUAND QUOI BORDEL ? Quand tu réalisas que tu étais à Silent Hill ? Que c’était Lori ? Qu’ils t’avais servi un thé ? Que c’était Jason Derulo ? Quand tu vis un rideau rouge et que réalisas que tu étais dans un film de David Lynch ? Que Keyser Söze c’est Kevin Spacey en fait ?
    Quand quooooooiiiii ?

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Alex Effect » TFGA n°13 : C’était mieux avant·

  4. Et bien, tu fais plus que transformer l’essaie avec ce TFGA, j’adore décidément te lire, je me suis bidonné tout du long (à part la conclusion sérieuse, ofc), merci pour ça 🙂

    « Les jeux Ubisoft » sont un excellent point car très révélateur de ce que tu décris excellemment : le manque de prise de risques à l’heure actuelle, l’annualisation des licences. Je suis un fan des premières heures d’AC et je constate son déclin depuis Unity. Beaucoup critiquent COD/FIFA mais achètent aveuglément Syndicate sans même s’intéresser à son contenu au préalable, alors que l’alerte avait été donnée avec Unity.

    Et en prononçant ce nom ça me fait revenir à ton point sur les campagnes de comme, dont Ubisoft adore nous abreuver à la TV. Ca me rappelle Avatar à l’époque. J’en entendais parler partout : presse, JT, internet, ça me gonflait. Résultat j’ai vomi cette surexposition et ne l’ai vu … que 3/4 ans après, et je l’ai trouvé plus que bof. Avec les JV c’est pareil, on sait tout d’un jeu avant qu’il sorte et c’est gonflant. C’est pour ça qu’hormis quelques exceptions, je ne regarde pas les trailers qui pullulent sur les titres que j’attends et je me régale sur ceux qui en sont avares, comme le futur Mass Effect 4.

    Enfin, bien sûr tout n’est pas à jeter dans la génération actuelle et nous aurons tous ensemble l’occasion d’en évoquer les bons côtés « prochainement » (teasing tavu). En tout cas, je te félicite une nouvelle fois pour ce bijou d’article que tu nous as pondu, bravo 🙂

    J'aime

  5. Pingback: TFGA 13 : C’était Mieux Avant | Work Hard Geek Hard·

  6. Oh My mais tellement, Ubisoft c’est devenu du caca. T.T
    Quelle tristesse 😥 où est passé l’esprit startup audacieuse? :/

    J’aime ton top! Mais j’ai pas connu Milky Way 😦 (sauf dans les boites de Celebrations il y en a je crois)

    J'aime

  7. Pingback: TFGA#14 – Le changement, c’est maintenant | Chouquette Annexe - Dehell·

Répondre à LaGeekEnRose Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s